Site Loader
Laurence Manesse nous parle de son parcours professionnel et de son engagement avec Filib'. 
Temps de lecture : 3 minutes

Laurence Manesse nous parle de son parcours professionnel et de son engagement avec Filib’

Quel est votre parcours professionnel

J’ai fait l’ENSAE, une école d’ingénieur, et j’ai travaillé comme trader à la Société Générale sur les dérivés actions puis en structuration, dont sept ans à Londres. 

J’ai ensuite été responsable de la structuration chez Exane, qui est une société financière qui vient d’être rachetée entièrement par BNP Paribas. Je faisais de la structuration sur tous les actifs, à savoir les actions, les obligations, le crédit, les matières premières et même un peu d’immobilier. 

En 2017, j’ai monté ma société de gestion de patrimoine puis refait une formation de gestion de patrimoine à l’école de Clermont-Ferrand (AUREP), qui a complété mon expertise très financière par du juridique, notamment du droit de la famille et de la fiscalité. Actuellement, je gère la clientèle privée au sein d’Auxense Gestion.

Comment avez-vous entendu parler de Filib’ ? 

J’en ai entendu parler car le co-fondateur, Nicolas Schimel, était de ma promotion, et je trouvais que c’était une très bonne chose de vouloir créer une plateforme en ligne pour réaliser des coachings. J’ai d’abord rencontré Nicolas sur l’idée d’une plateforme de conseillers en gestion de patrimoine, et c’est finalement Filib’ qui s’est montée. Cela m’intéressait car c’était en adéquation avec mon activité.

« Être coach Filib’ me permet de voir comment l’épargne salariale et retraite est ressentie et appréhendée par une population hétérogène de salariés, et en même temps la gestion de patrimoine m’aide aussi dans mes coachings Filib’. C’est très complémentaire ! »

Quelle est la différence entre l’activité de conseiller en gestion de patrimoine et coach Filib’ dans l’approche client ? 

C’est nouveau ! Je trouve que le créneau de 30 minutes dédié au conseil est très intéressant, car il faut être très réactif, il faut comprendre très vite comment fonctionnent les salariés (par exemple s’ils sont plutôt prudents dans la vie, s’ils s’y connaissent en finance), percevoir comment ils réfléchissent pour pouvoir les conseiller.

Ça doit aller très vite et c’est une sorte de gymnastique assez amusante de s’adresser à des personnes différentes, et l’intérêt aussi est qu’on rencontre des profils très variés. Parfois les discussions qu’on peut avoir avec ces personnes peuvent nous faire réfléchir pour notre travail de conseiller en gestion privée.

Comment vous adaptez-vous au niveau de connaissance variable des coachés ? 

La semaine dernière j’ai par exemple conseillé quelqu’un qui ne connaissait vraiment rien en finance ! Dans ces cas il ne faut pas faire des choses trop compliquées mais essayer de simplifier au maximum, que les décisions du salarié soient simples ! Ce qui est important est son horizon de temps, son rapport au risque, savoir ce qu’il peut accepter. 

A contrario, j’ai récemment coaché un salarié qui fait le même métier que moi. Il a pris rendez-vous par curiosité : c’était très professionnel comme discussion, on a échangé autour de ce qu’on ferait, nos différentes choix etc. Et il a repris rendez-vous à la seconde campagne avec moi, pour avoir un suivi !

Le vrai avantage est que l’on a à notre disposition des outils efficaces sur la plateforme Filib’, qui nous permettent notamment de générer des graphiques et de proposer une expérience visuelle, et ainsi de voir comment notre interlocuteur réagit, ce qui nous permet de nous adapter. 

« Le fait d’avoir des outils visuels aide beaucoup pour les personnes qui ont peu de connaissances techniques ».

L’outil vidéo était-il déjà présent dans votre profession ?

Je ne l’utilisais pas du tout ! Maintenant je fais des visio-conférences avec certains de mes clients. L’année dernière en mars – avril 2020 pendant le premier confinement on a fait deux grandes campagnes pour Filib’ et ça avait un intérêt de voir plusieurs nouvelles personnes par jour, cela permettait de sortir de chez soi. 

Combien de temps le coaching Filib’ occupe t-il dans votre activité ? 

Les coachings s’organisent par campagne. Quand je sais qu’il va y avoir une campagne Filib’ je dégage mon agenda de tout ce qui n’est essentiel.  

Sur l’interface dédiée aux coachs on choisit ses créneaux  et on organise son agenda comme on le souhaite. C’est très pratique !

Finalement, quels sont vos hobbies et passions ? 

Ma passion principale est de collectionner l’art contemporain, et beaucoup de sport, comme le karaté !

Auteur : Corentin Schimel  

Cliquez pour noter cet article !
[Total: 3 Moyenne: 5]

Post Author: Le Blog de la Téléconsultation Financière

Filib' : la téléconsultation financière pour les salariés

Laisser un commentaire